Méditer sous un arbre – une expérience à vivre

Méditer sous un arbre
Moines bouddhistes méditants sous l’arbre Anandabodhi au monastère de Jetavana (Inde) – Crédit image : Bpilgrim

Précédemment, nous avons comparé la méditation en intérieur et dans la nature. Que diriez-vous de poursuivre dans ce sens, en évoquant par exemple les bienfaits de la méditation sous un arbre ? Bien sûr, Bouddha a connu l’éveil ainsi. Mais que cela pourrait-il bien nous apporter, à nous, dans notre civilisation manufacturée et géométrique, de méditer sous un arbre ?

Méditer sous un arbre

« Non seulement c’est inconfortable, mais il y a des bêtes ! » Eh oui, de nos jours, l’arbre ne fait, pour la plupart d’entre-nous, plus vraiment partie de notre univers. Il y a ceux que l’on voit en ville, quelconques et maladifs dans leur petit socle de terre au milieu du béton ;  il y a ceux, ennuyeux, du jardin du voisin qui envoie ses feuilles en automne et ses bestioles à la belle saison, ou ceux, agréables mais anonymes et très vite oubliés, qui vous offrent leur ombre en été le temps d’un pique-nique ou d’une sieste.

Pourtant, qui que vous soyez, lecteur, vous avez certainement de lointains ancêtres qui considéraient les arbres avec vénération : de nombreux peuples des Amériques, d’Afrique, d’Océanie jusqu’en Sibérie croyaient que l’Homme était né de l’Arbre. Les Celtes en faisaient leurs sanctuaires tandis que les Vikings avaient Yggdrasil, l’Arbre-Universel. Et est-il bien utile de mentionner l’Arbre du jardin d’Eden ou même l’image du Paradis dans les religions du Livre, pourtant héritées de peuples du désert… Bouddha n’est donc pas un exemple isolé, il y a bien quelque chose entre l’Homme et ce gros végétal qui dépasse le simple rapport à l’utilitaire. (Outre ses fruits et son bois, l’arbre est un rempart contre la désertification).

Sans parler de méditation, il est de nombreuses personnes qui éprouvent du bien-être à s’allonger ou dormir à côté de leur chat ou de leur chien, quand ce n’est pas d’une personne intime. Les cavaliers aiment se coller contre les chevaux, sentir leurs muscles frémir sous leurs doigts, percevoir leur respiration ou simplement la vie les parcourir. Pourtant, vous n’aurez toujours qu’une compréhension et une interaction très limitées de ces créatures. (« Non, moi je parle à mon chat et il me comprend. » Voyons… Ou alors écrivez-moi ce que le chat vous a dit avoir pensé du dernier film que vous avez regardé ensemble…) et un arbre, c’est presque une chose, n’est-ce pas ? Rien n’émane d’un arbre ! Ça n’est pas tout à fait vrai, en fait, et c’est la que la méditation a un rôle à jouer. Parce que la méditation, c’est ce qui vous permet de prendre du recul, d’adapter un autre rythme, de voir plus loin, de percevoir plus profondément…

Vous rappelez-vous des Ents du Seigneur des Anneaux ? Il peut paraître saugrenu de faire appel à une œuvre de Fantasy (comme on dit) pour illustrer un concept et pourtant, ces « Hommes-Arbres » et leur lenteur si agaçante (même leur façon de parler est désespérément lente !) illustrent bien ce qui caractérise un arbre : bien que vivant, il vie et évolue à un rythme très différent du nôtre. Non, l’arbre ne vous parlera pas et vous ne le sentirez pas respirer. Pourtant, asseyez-vous entre ses racines… Non, d’abord, choisissez votre arbre. Vous pourriez être attiré(e) par la forme ou les couleurs d’un arbre, tout comme chez un être humain ou un animal. Une fois que vous l’avez choisi, que vous vous êtes trouvé(e) une position relativement confortable, adossez-vous à lui. Certaines personnes n’hésitent pas à se mettre à genoux face à l’arbre et à étreindre son tronc. Vous n’avez pas besoin d’aller jusque-là mais, après votre première méditation « arboricole », vous pourriez ressentir le besoin de faire ainsi…

L’arbre devient un élément supplémentaire de votre méditation. Ça n’est pas votre respiration. Ça n’est pas votre conscience. Ça n’est pas ce monde que vous essayez d’imaginer dans sa globalité, mais tout cela à la fois. Ça n’est pas la Terre que vous avez sous vous, c’est encore plus concret. Et là, vous commencez à comprendre la fascination des anciens hommes pour les arbres. Son tronc solide et rugueux, imparfait, comme une peau. Ses cycles de vie, imperceptibles au jour le jour. Si vous ne sentez pas de conscience, vous êtes comme à côté d’une personne dans le coma : ça ne veut pas dire qu’il n’y a rien, juste que c’est hors de votre portée. En haut, il y a les branches qui s’élancent dans le ciel. En bas, il y a les racines, invisibles qui s’enfoncent dans la terre, nul ne sait jusqu’où. Ces racines drainent l’eau souterraine, repositionnent ou contournent les pierres enfouies et les couches de sédiments… Si votre méditation incluait un exercice de visualisation de votre corps, vous avez désormais la possibilité de le prolonger dans le corps de cet autre corps vivant, juste derrière vous…

Il y aurait encore énormément de choses à dire sur le fait de méditer sous un arbre. Et plus on en dira, plus ça deviendra personnel, lié à votre psyché et à votre expérience avec cet arbre. Ouvrez-vous à cet étranger. Laissez-le vous guidez, vous montrer autre chose. Nous entrons dans un domaine qu’il n’est plus utile d’évoquer, mais d’expérimenter.

Sujets abordés dans l’article :

  • Méditer sous un arbre
  • Méditer en pleine nature
  • Méditation sous un arbre
  • Méditation arboricole


Partagez notre article sur vos réseaux sociaux


Vous pourriez également apprécier

12 commentaires sur “12”

  1. Merci pour ce post !

    J’ai découvert la puissance de l’énergie des arbres il y a quelque temps et je ne m’en lasse pas !

    J’aime surtout prendre un vieil arbre dans mes bras et le serrer, c’est incroyable ce qu’on ressent !

  2. Intéressant, c’est vrai que nous ne prenons plus le temps de profiter réellement de la nature ! Nos vies sont surchargées et nous devons simplement revenir à l’essentiel pour mieux profiter de la vie en général. Je n’ai jamais expérimenté la méditation sous un arbre. Je la pratiquerai quand les conditions climatiques seront plus « sympas » 🙂

    Bye

  3. Bonjour
    s’arrêter et admirer un arbre quelques instants , s’émouvoir de sa beauté le voir , vraiment. C ‘est un début de méditation.
    je vis à la campagne et ne pourrait pas me passer des arbres .
    Merci pour cet article .
    VERONIQUE

  4. je dois dire que je n’ai jamais essayé sous un arbre. J’ai le faire au bord de mer, ou au bord d’une source d’eau quelconque. Le bruit de l’eau a quelque chose d’envoutant et de magique qui m’aide à me détendre.

  5. Peut on mediter en automne, alors que les arbres se parent d une couleur splendide.
    En effet, l automne est la saison de la tombe des feuilles. N est ce pas energetiquement parlant penalisant ?

    Mon arbre préfere est le ginko biloba ou l acer durant la saison automnale.

    A bientot

  6. Il y a plus de 20 ans un soir j’ai  » rencontré un arbre » ,
    et la appuyé a son tronc ,, je lui ai parlé,,,oui, et encore a d’autres occasion,,,
    et croyez moi ou pas,,,,,et bien il m’a répondu ,calmé , enseigné ( non je n’ai pas fumé!!!ni avaler quelconques subtances, entendez par la , que nous trouvons dans la nature , acceuil, écoute, et avant méme de méditer si nous sommes calmes et disponibles ,, alors les « réponses « a nos questionnement peuvent « monter « a nous,,,,,,,,
    depuis ce temps je « médite au pied de l’arbre »,,,

  7. Bonjour Pierre,

    Lier nature et spiritualité est vraiment très épanouissant, je confirme car durant l’été j’aime beaucoup me faire des séances de relaxation-méditation dehors en plein air. Mais il faut bien avouer que en hiver, c’est plus dur, car on est occupé avec la sensation de froid.
    J’ai hâte que le beau temps revienne pour m’y remettre et me retrouver de nouveau en symbiose avec la nature.

    Jonathan

  8. Référence littéraire : « Mon frère l’arbre ». Je ne sais pas si je peux citer l’auteur…à venir.
    Oui, les arbres peuvent nous donner beaucoup. Voici une petite méthode fournie lors d’un stage. Approchez vous pieds nus d’un arbre de taille moyenne ou de belle taille. Placez vous dans son aura. Demandez lui « me reconnais-tu ? » « puis-je avancer et me ressourcer à toi ? ». Si « oui », vos talons décollent. Remerciez une première fois. Placez vous dos contre l’arbre, paumes des mains contre le tronc. Fermez les yeux et demandez à l’arbre s’il veut bien vous nettoyer et vous recharger des énergies dont vous avez besoin. Ajoutez qu’il vous repousse lorsque le travail énergétique sera terminé. Attention, il va vous REPOUSSER. Pensez alors à plier les genoux, sinon…. vous vous retrouvez le nez dans la terre!!!!
    Pensez à remercier généreusement. C’est génial !!!! Merci les arbres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *