Légèreté des fumées, puissance des parfums – méditer en respirant de l’encens

méditer en respirant de l'encens
Avez-vous déjà essayé de méditer en respirant de l’encens ?

Le méditant en robe couleur safran dans une atmosphère enfumée par l’encens au benjoin ou au patchouli, voilà qui semble relever du cliché. Pourtant, il y a peut-être une bonne raison à cette présence fréquente de l’encens dans les diverses pratiques méditatives. Cette fumée si légère, qu’un rien peut troubler et qui, pourtant, peut parfumer d’une manière puissante l’espace où elle disparaît, ça ne vous rappelle rien ?

Méditer en respirant de l’encens

Le choix pratique de l’encens, parce qu’il faut bien y penser

Pour des questions de santé à long terme et de bien être durant vos séances de méditation, il est extrêmement important que vous choisissiez votre encens avec soin. Évitez les produits de fabrication douteuse ou les moins chers, ils contiennent généralement des substances de moindre qualité dont la combustion n’est pas saine. Intéressez-vous aux compositions de vos encens, n’oubliez pas que c’est de la fumée que vous allez respirer, donc des substances qui vont pénétrer votre corps au plus profond. Si celles-ci sont naturelles et saines, vous ne risquez rien, dans le cas contraire…

Accordez aussi de l’importance au choix du parfum. Si vous ne supportez pas certaines odeurs, il est inutile de vous forcer sous prétexte que certains méditants les affectionnent. Quel serait l’utilité de vous torturer à chaque séance de méditation ou de vous donner la nausée à chaque fois que vous enflammez un bâton ou un cône d’encens ? Dès le choix du parfum, vous allez pouvoir éveiller vos sens et faire travailler votre esprit. Portez l’encens à votre nez et sentez-le, mais sentez-le vraiment et en prenant le temps de savoir ce que vous évoquent les senteurs. Sont-elles fortes ou plutôt douces, restent-elles les mêmes ou se transforment-elles ? Si vous les connaissez déjà, que vous évoquent-elles ? Allez chercher un peu dans vos souvenirs, faites l’effort de déterrer ces parties de votre mémoire que réveille l’encens. Essayez de décomposer les parfums en plusieurs parfums plus subtiles.

Au moment de méditer, l’encens comme objet de votre attention

Focaliser sa concentration sur de la fumée, voilà qui semble bien difficile. Mais ce serait déjà sauter à la seconde étape. D’où provient cette fumée ? Observez le bâtonnet, le cône ou la poudre d’encens, elle semble passer de l’état solide à l’état difficilement définissable de fumée. Celle-ci est insaisissable et pourtant, elle parfume l’air, elle est visible, elle se déplace, suit les variations des masses d’air. C’est le feu qui la transforme, qui lui donne cet aspect indéfinissable, une énergie parmi les plus puissantes et concentrées qui lui permet de devenir, au prix de l’évanescence, léger au point de ne plus subir les contraintes physiques des corps. Suivez, tentez en tout cas, le cheminement de la fumée depuis sa naissance jusqu’à ce qu’elle devienne invisible. Que s’est-il passé ? Elle s’est mêlée à l’air, disparaissant à la vue mais restant totalement sensible pour un autre sens : l’odorat. En acceptant de perdre son opacité, elle gagne en légèreté et s’élève, se diffuse et gagne tout l’espace. Cette odeur qui n’était encore qu’esquissée lorsque l’encens était sous sa forme première, la voici, maintenant, pleinement révélée.

Maintenant, revenez en vous. Vous aussi, acceptez de vous libérer. Laisser certains aspects en chemin ne vous privera pas d’exister, tout comme l’encens se transforme pour parfumer la pièce. Il devient invisible mais existe malgré tout, et d’une manière extrêmement puissante puisque l’odorat est un sens qui peut agir profondément sur la mémoire, sur l’humeur, sur la manière dont on envisage une personne, un espace, une situation, etc. Vous aussi, en concentrant votre énergie, vous pouvez passer du purement physique à un état difficilement descriptible mais qui sera le vôtre, pleinement satisfaisant et vous permettant de vous exprimer totalement, parce que vous serez débarrassé de ce que vous pensez être vous alors que ce n’est qu’un aspect extérieur, une entrave peut-être. Vous resterez un être physique, comme l’encens à une présence physique dans la pièce, mais vous pouvez la sublimer, en faire un état supérieur, plus riche.

Méditez en cherchant à vous élever vous aussi, à ne plus être cantonné à un état purement physique. Sachez découvrir ce qui vous constitue et ce qui vous définit. Les premiers aspects ne sont pas forcément nécessaires et vous pouvez certainement vous détacher d’eux alors qu’il vous faut à tout prix cultiver les seconds. Pour cela, il n’y a qu’une solution : méditer, encore et encore, jusqu’à apprendre à vous détacher de ce qui vous retient, jusqu’à comprendre comment vous élever vous aussi. Faites de la méditation le feu qui vous permettra d’être léger à votre tour.

Avez-vous déjà médité en respirant de l’encens ? Pourquoi ou pourquoi pas ?

Crédit photo : Stef48

Sujets abordés dans l’article :

  • Comment méditer avec de l’encens
  • Encens pour méditation
  • Encens pour méditer
  • Méditation encens
  • Méditer en respirant de l’encens


Partagez notre article sur vos réseaux sociaux


Vous pourriez également apprécier

2 commentaires sur “2”

  1. Bonjour,

    Pour ma part je médite avec un diffuseur d’huiles essentielles. J’ai l’odeur agréable mais pas de fumée !
    De toute façon comme je médite souvent les yeux fermés… lol
    J’essayerai certainement l’encens pour voir la différence. Après je pense que tout est une question d’attention. On peut très bien méditer sans « artifices ». Ce qui compte c’est l’état d’esprit. Parfois ma pratique est plus bénéfique sur une simple chaise ou dans une forêt. C’est à chacun de voir et de s’adapter. En tout cas c’est à tester !

    Merci,
    Cédric (seconnaitre)

    1. Bonjour Cédric,

      Oui en effet, les huiles essentielles sont également une excellente alternative à l’encens !

      En effet, c’est l’état d’esprit qui est important, pas les artifices ni vraiment le lieu une fois une certaine expérience acquise.

      Merci pour le commentaire !
      Cédric

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *