Méditer pour développer la concentration

Méditer pour développer la concentration
Méditer pour développer la concentration

La capacité de concentration varie grandement d’un individu à l’autre. Sachez par contre que ne pas savoir se concentrer ou avoir des difficultés à le faire, n’est pas une fatalité. Vous pouvez en effet l’exercer et la développer comme tout autre capacité. Il faut pour cela apprendre à focaliser son attention sur un point précis le plus longtemps possible. Un exercice très utile et efficace pour cela consiste à méditer pour développer la concentration dans tous les aspects de votre vie.

Comment développer la concentration ?

Gèrer l’esprit trop éparpillé

Dans les philosophies orientales, l’esprit est souvent comparé à un jeune animal qui ne sait pas rester en place. Un animal qui ne supporte pas le calme ou le chemin droit. Pourtant, il peut être dressé pour supporter mieux ces états. La méditation est là pour vous aider à le faire.

En choisissant une méditation basée sur la focalisation, comme la méditation en pleine conscience, vous entraînerez votre esprit à rester concentrer.

Il ne s’agit bien sûr pas de priver l’esprit de cette énergie qui vous permet tant de découvertes et de plaisirs. Il sagit plutôt de la canaliser pour l’utiliser efficacement. Ainsi, plutôt que le la laisser se consumer dans des éparpillements et des sauts d’une idée à l’autre, elle est devient utile.

Pensez à votre esprit comme étant un cours d’eau que vous laisseriez courir à son gré alors que vous avez besoin de sa puissance. En le dirigeant, vous profitez pleinement de la puissance de l’eau. La malléabilité de l’esprit vous permet en plus de retrouver un cours d’eau libre quand vous le désirez.

Méditer pour s’améliorer

Le principe ne peut être plus simple. Vous devrez apprendre à diriger votre esprit, à le concentrer vers une idée unique. En méditant, il s’agit d’examiner et de comprendre vos rapports à l’extérieur et à vous-même etc, sans jamais vous laisser dériver de l’idée première.

Vous découvrirez rapidement que contraindre l’esprit n’est pas toujours la meilleure solution. Une résistance passive est parfois bien meilleure.

Ainsi, quand des idées sans rapport viendront à la surface, vous aurez plutôt intérêt à les laisser passer plutôt que de chercher à les effacer.

Persévérer

Discipliner ainsi votre esprit vous demandera de faire face à des ruades, car vous ne serez pas toujours enclin à vous concentrer. Puis, parfois vous connaîtrez des périodes de profondes méditation, avec une conscience de plus en plus profonde. Souvent, la méditation se fera même plus longue que le temps que vous pensiez y consacrer.

Ne laissez aucun répit à votre esprit durant tout le temps que dure la séance de méditation. Revenez implacablement à votre objet premier dès que vous réalisez que vous vous en êtes éloigné. Il vous faudra pour cela vous observer en train de penser, ce qui demande un entraînement certain. Ainsi éduqué, votre esprit sera capable d’être plus concentré dans tous les domaines où vous en avez besoin.

Pratiquer et prendre son temps

On rechigne souvent à voir l’esprit comme un muscle, pourtant, avec toutes les limites propres à une telle comparaison, de nombreuses similitudes existent.

Vous devrez entraîner votre capacité de concentration par des exercices toujours plus difficiles à mesure que vous progressez. Ainsi, en sachant vous laisser du temps pour avancer. En cherchant à aller trop vite, vous n’obtiendrez qu’une lassitude et un refus de tout votre être à pratiquer. Ceci se manifestera comme un muscle blessé sous un effort trop important.

Il vous faudra du repos entre deux séances, c’est là le prix de la progression. Même si l’on pense que seul un travail acharné et sans relâche peut produire des résultats, il ne faut pas céder à la tentation d’en faire toujours plus.

Méditer pour développer la concentration est aussi une école de patience, sachez être exigent avec vous-même tout en laissant du temps à votre esprit. Il est encore comme un enfant que vous voulez faire grandir. Il a besoin de temps pour assimiler et pour changer.

Enfin, la méditation est une excellente méthode pour améliorer sa concentration. L’esprit est malléable et peut être utiliser pour du mieux. Il faut savoir pratiquer tout en se respectant.

Est-ce que la méditation vous aide à améliorer votre concentration ? Avez-vous des conseils pour aider les autres lecteurs à recentrer leur esprit ?

 

Sujets abordés dans l’article :

  • Développer la concentration avec la méditation
  • Déditation pour développer la concentration
  • Méditer pour améliorer la concentration
  • Méditer pour améliorer sa concentration
  • Technique de méditation pour développer la concentration


Partagez notre article sur vos réseaux sociaux


Vous pourriez également apprécier

12 commentaires sur “12”

  1. Bonjour Cédric,

    La méditation me permet d’améliorer ma concentration. Le fait de prendre du recul sur ses évènements mentaux facilite les choses. On se laisse moins prendre dedans donc moins être dispersé.
    Tu as très bien expliqué les choses dans l’article, le seul conseil que je pourrais donner. C’est tout simplement de pratiquer régulièrement en trouvant l’équilibre entre les 2 extrêmes: pratiquer de façon intenses avec de grosses attentes et ne pas méditer dès le moindre petit obstacle 😉 Petit à petit, les changements peuvent apparaître 😉
    Bravo pour ton travail, tu publies beaucoup d’articles de qualités, je tiens à le souligner 😉
    Au plaisir 😉

    1. Bonjour Jonathan,

      Oui, j’ai le même ressenti.

      Je te remercie pour le compliment à propos de cet article de Fabien. Je suis d’accord avec toi, il faut essayer de trouver un juste milieu.

      Encore merci, ton compliment m’encourage à continuer ! 🙂

      Au plaisir,
      Cédric

  2. C’est avec plaisir que je découvre votre blog, plein de précision et d’humanité; je vous remercie
    juste une question : est il possible de considérer la concentration a des pensées négative une méditation de focalisation? je sait que c’est non..mais je ne trouve pas vraiment aucuns confrontation avec toutes les conseille et les démarches cité dans l’article..bon continuation

    1. Bonjour Khaled,

      Je vous en prie ! Je suis vraiment content que notre blog vous plaise ! 🙂

      En effet, la focalisation sur ses pensées (négatives ou pas) n’est pas considérée comme une méditation, mais plutôt comme un exercice. Se focaliser sur l’espace entre ses pensées l’est par contre beaucoup plus.

      J’espère avoir répondu à votre question.

      Bonne continuation à vous aussi.

  3. Une méthode que m’a transmise MMe Roy Malgrange qui s’appelle tipee consiste à ne garder simplement que la souffrance laisser l’objet ( idée, contexte, ressentis, …) s’effacer de notre esprit.
    II semble qu’a mesure que l’on se focalise sur cette douleur elle peut se déplacer, chauffer, évoluer mais finit par disparaître dans les minutes qui suivent. Et si on remet l’objet de notre douleur et qu’elle n’a pas disparue retenter l’expérience peut être méditer sur le réel objet?

    De ma propre expérience, j’ai entendu la phrase suivante à nouveau puis soudain je l’ai compris à travers une vidéo si tu veux ressentir le bien être embrasse la douleur … Et e n’est pas un conseil de mutilation, ceci n’est que matériel et de plus « l’épiderme » en majeure partie une enveloppe bien que très sensorielle. Je ne m’attarderais pas sur ce point pour ne pas perdre l’essentiel de mon intervention.
    Ainsi cette douleur c’est le sentiment qu’il faut embrasser et comment en état d’hypnose ou de méditation de préférence on peut passer la méthode de body check , on la simule à quelque chose de rejeté solitaire et qu’il s’il est une partie d’une conscience de notre être peut ressentir du malheur. Et comme l’as dis M. Brel  » un homme malheureux fait le malheur  » Dans ce contexte je rajouterai une partie ou la totalité d’un humain aspire à …

    Et donc j’ai ressentis de grand soulagement en me laissant ressentir, prendre ces douleurs dans mes bras, (peut être leur promettre d’être désormais considérés). Et ceci avec amour inconditionnel mais ceci apportant plutôt une expérience agréable on a envie d’y revenir. Par la suite on peut se surprendre a élaborer des stratégies pour estomper les douleurs réticentes, venir à pat de loup, le taquiner, le prendre par la main. Et l’on peut arriver à un moment à se dire que c’est juste parfois un moindre mal, on arrive à prendre du recul néanmoins notre cœur s’accélère, on peut trouver un surcroît d’activité qui une foi oublié l’objet peut être mis à de multiple profit Mais dans une démarche sereine attentive et méditative au possible. Ce qui m’a aidé à ce niveau c’est de savoir que  » tout ce qui demande un effort ne peut avoir de chance de perdurer  » ce qui veut dire qu’à terme il va falloir trouver moyen de s’accommoder de cette attention presque instinctivement, peut etre si elle deviens une nécessité ça facilite les choses.

    Amoureusement votre ;-P

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *