Méditation Kadampa – chaque acte est un pas vers l’éveil

La tradition Kadampa fait de chaque acte un pas vers l’éveil, une possibilité de transformation personnelle. La méditation Kadampa s’appuie sur les paroles du Bouddha. Elle est un outil parmi bien d’autres pour vous permettre d’atteindre l’éveil au sens bouddhique.

méditation Kadampa

Atisha, dont le principal disciple  propagea son enseignement lamrin et initia la tradition kadampa

Méditation Kadampa

Kadampa, une école d’exigence envers soi-même

La phrase qui semble résumer le mieux l’esprit de l’école Kadampa est la suivante :

La seule et unique vertu des fautes morales, c’est qu’on peut les purifier !

Il s’agit là d’une sentence très riche, bien plus qu’il n’y paraît au premier abord. Nos faiblesses doivent être sans cesse pourchassées, traquées jusque dans les parties de nous que nous avons du mal à regarder en face. Face à nos défauts, nos fautes, nous devons nous réjouir d’avoir trouvé de quoi faire un pas supplémentaire vers la purification. Il faut voir, à chaque fois, la réalisation d’une faute comme une chance, comme la possibilité de mieux se connaître et de s’améliorer tout à la fois.

Cette sentence laisse aussi entendre que nous ne devons pas nous considérer comme des êtres parfaits mais comme des être perfectibles. Il nous faut accepter notre personnalité avec tous les défauts qui contribuent à la faire. Il suffit simplement de ne pas s’aveugler, d’oser regarder en face ces parties de nous qui ne sont pas celles que nous aimons, pour les changer, les purifier, pour nous améliorer ou le tenter.

La méditation Kadampa

La tradition Kadampa, plus encore que les autres, s’appuie sur les maximes du Lojong. Il s’agit de sentences destinées à éveiller les êtres, à leur faire prendre conscience du bon chemin et à les y accompagner. Mais si ces phrases aident énormément le pratiquant à garder les yeux fixés sur le bon chemin, elles ne peuvent rien de plus pour lui. Tout le travail doit être fait par chacun, grâce à une surveillance constante de sa personne, grâce à un travail permanent sur ce qui nous rend heureux et malheureux, sur les raisons de ces états. Il n’en est pas autrement lors de la méditation Kadampa. Si celle-ci se pratique idéalement au sein d’une école, rien ne vous empêche de pratiquer seul, de temps à autre, pour travailler aussi régulièrement que possible. Pour ce faire, vous pouvez tout à fait méditer en choisissant l’une des 59 maximes du Lojong ou l’une des instructions du Lamrim d’Atisha. Vous pourrez ainsi apprendre à en discerner le sens profond. Prenez le temps de voir comment ces maximes ou instructions peuvent s’inscrire dans votre pratique et, plus généralement, dans votre vie, pour améliorer votre être, pour cheminer vers l’éveil en vous purifiant régulièrement. Cette manière d’ancrer la pratique dans votre existence est très importante, puisque vous ne pouvez être bouddhiste le seul temps de votre pratique. Il importe de faire de chacun de vos actes un geste supplémentaire vers la purification.

La méditation Kadampa est très exigeante et elle n’est qu’un outil au service de l’éveil. Ne vous contentez pas d’observer les règles durant la seule pratique méditative. Au contraire, faites de la méditation un outil qui vous servira à faire le point régulièrement et à assimiler vos progrès, à les rendre utiles.


Réagir

*