Méditation kadampa, suivre les enseignements de Bouddha

méditation kadampa

Le mot Kadampa est formé de Ka, qui désigne les enseignements de Bouddha et de dam qui se réfère au lamrim (compilation des textes d’éveil) d’Atisha. Il est question, dans la tradition Kadampa, d’intégrer les enseignements de Bouddha à tous les aspects de sa vie, de les considérer comme des instructions qui nous sont adressées. Il faut alors tourner chaque action, chaque geste, chaque pensée vers l’éveil, faire siennes les paroles de Bouddha et ne pas les considérer comme des préceptes à suivre de temps à autre, lorsqu’on décide de vivre le bouddhisme. Il faut, bien au contraire, devenir bouddhiste dans chaque situation, à chaque instant de sa vie et en faire une philosophie de vie, plutôt qu’une simple part de soi que l’on exprime quelques fois.

La méditation kadampa

La méditation Kadampa est un outil parmi bien d’autres. Elle sert à se rapprocher de l’éveil. En méditant comme à chaque instant de sa vie, il faut appliquer les paroles de Bouddha. Cela demande déjà d’en percer tout le sens, d’en saisir toute la profondeur, d’accéder à ce que chaque mot pris seul et dans son contexte peut signifier. Chaque texte doit devenir une véritable source d’enseignement. Il faut régulièrement revenir se frotter à des paroles que l’on a déjà étudiées, pour les revoir en profitant de l’expérience nouvellement acquise. C’est l’éveil qui est cherché, et non une simple relaxation. La méditation est alors un outil qu’il faut sans cesse aiguiser à mesure qu’on l’utilise.

À travers l’étude et l’application au quotidien des enseignements de Bouddha, c’est soi-même que l’on apprend à connaître et que l’on améliore, au sens bouddhique du terme.

Le lamrim d’Atisha

L’érudit bouddhiste Atisha était un maître de méditation. Il contribua en grande partie au rétablissement du bouddhisme au Tibet. Le lamrim d’Atisha fut diffusé par son principal disciple, Dromtönpa. C’est cette diffusion qui initia la tradition Kadampa. L’accent y est mis sur la dimension éthique de la vie que doit mener quiconque désire atteindre l’éveil. Les fautes doivent être purifiées. C’est donc une école exigeante et demandant énormément de lucidité sur soi-même, sur la vie que l’on mène. Il faut aussi beaucoup de recul pour juger du véritable aspect éthique de ses actions, de ses choix, sans se laisser aveugler par ses croyances, sa volonté, son propre intérêt.

Pratiquer la méditation Kadampa

La méditation Kadampa se pratiquera en suivant les enseignements d’un maître. Il est possible de découvrir seul à l’aide des nombreux livres sur le sujet, mais l’on doit plutôt en faire un simple complément d’une pratique suivie. Le pratiquant qui penserait pouvoir se passer d’un enseignant verserait à coup sûr dans l’orgueil, peu compatible avec l’éveil.

La méditation Kadampa n’est donc qu’un outil parmi d’autres pour atteindre l’éveil. C’est une école exigeante que l’école Kadampa, mais c’est par lucidité qu’elle l’est. Se débarrasser de tout ce qui nous enchaîne, nous rend malheureux, nous cache la véritable voie est extrêmement difficile. Laisser penser le contraire ne serait rendre service à personne.

Sujets abordés dans l’article :

  • Intégrer les enseignements de Bouddha à tous les aspects de sa vie
  • Le bouddsime au quotidien
  • Méditation kadampa
  • Vivre le bouddhisme


Partagez notre article sur vos réseaux sociaux


Vous pourriez également apprécier

1 commentaire sur “0”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *