La méditation dynamique, quand le corps veut lui aussi se faire entendre

La méditation dynamique
Pourquoi ne pas démarrer la journée avec une méditation dynamique ?

Tous les êtres ne sont pas égaux face à l’énergie et au dynamisme. Il existe cependant une possibilité de faire naître son énergie en tirant partie de la méditation dynamique.

Jour après jour, elle vous permettra de donner un véritable coup de fouet à chaque journée, d’activer vos sources intérieures d’énergie pour vous sentir réellement stimulé, de manière saine parce que parfaitement naturelle, en ne tirant parti que de vos propres ressources, sans utilisation de sources artificielles dont l’effet ne vous semblera que bien superficiel une fois que vous connaîtrez la méditation dynamique.

La méditation dynamique

Une méditation active et faisant jaillir l’énergie de l’intérieur

Vous disposez de nombreuses sources d’énergies, au delà des sources physiques. Votre esprit recèle de nombreuses possibilités inutilisées, possibilités que la méditation dynamique va stimuler pour vous permettre d’en profiter. Cette énergie, parce qu’elle provient de vous, parce qu’elle est naturelle, vous sera bien plus profitable que tous les excitants que vous pourriez trouver. Il vous suffit d’apprendre la méditation dynamique pour en profiter et découvrir l’incroyable potentiel qui se cache en chacun. Et parce qu’il s’agit d’une pratique demandant un retour sur soi, elle sera totalement adaptée à vos besoins, à votre personnalité, à vos capacités, au contraire des énergisants qui ne tiennent aucun compte des particularités de chacun et n’agissent pas sur les sources du manque d’énergie mais ne soignent que les symptômes.

Comment se pratique la méditation dynamique ?

Elle est pleinement efficace si vous la pratiquez le matin, avant de déjeuner, pour que le corps ne soit pas encore occupé de digestion. Elle se compose de cinq phases.

La première de ces phases s’intéresse à la respiration. Vous devez être debout, avec de la place autour de vous pour bouger bras et jambes sans restriction. Respirez vite, fort, profondément, sans rythme, sans laisser de place à l’automatisme. Il s’agit de forcer le passage de l’air, de le pousser jusqu’au fond de vos poumons, et de prendre totalement contrôle de votre respiration. Vous pouvez vous aider de mouvements du corps pour accompagner la profondeur de la respiration, mais aussi pour briser tout retour d’un automatisme ou d’un rythme. Vous verrez qu’il vous faudra porter une attention totale à votre respiration pour ne pas la laisser retomber dans les réflexes. Pratiquez ainsi durant dix minutes.

La seconde phase dure elle aussi dix minutes. Libérez tout ce qu’il y a en vous, et libérez-le totalement, en allant chercher profondément en vous, en ne refrénant rien. Riez, criez, hurlez, pleurez, ne retenez pas ce qui remonte à la surface. Trépignez, sautez, agitez-vous, cognez sur le sol si besoin est. Ne jugez pas, votre esprit ne doit pas interférer. Votre corps doit être mis à contribution, pour que les émotions s’expriment pleinement, dans toute la dimension de votre être. Si vous en avez besoin, n’hésitez pas à forcer un peu au début, vous apprendrez vite à vous exprimer totalement de manière plus naturelle.

La troisième phase dure 10 minutes elle aussi. Bras levés, sautez sur place et prononcez le mantra HOU à chaque fois que vos pieds touchent le sol. Restez pleinement conscient de ce qui se passe, observez-vous de l’intérieur, mais ne jugez pas. Ne vous arrêtez pas avant la fin des 10 minutes, aussi fatigant que soit l’exercice. Laissez le mantra raisonner en vous, de même que le choc de vos pieds sur le sol.

Vient ensuite la quatrième phase qui, elle, dure 15 minutes. Elle nécessite que vous ayez un signal annonçant la fin de la phase 3. Dès que vous entendrez ce signal, restez dans la position où vous êtes. Fermez les yeux et ne bougez pas pendant les 15 prochaines minutes, contentez-vous de vous observer passivement (cette observation passive est primordiale), de voir ce qui se passe en vous, de sentir votre corps, les informations qu’il vous envoie. Cette phase, à sa manière, est tout aussi épuisante que la précédente, mais elle vous apportera beaucoup en terme de retour sur vous-même, de capacité d’auto-observation.

À la fin de ces 15 minutes, la cinquième et dernière phase débute, pour 15 minutes là encore. Les yeux toujours fermés, dansez, célébrez l’énergie nouvelle en vous, le début d’une journée, la libération que vous ressentez. Ne vous imposez pas de limite, ne vous sentez pas jugé, ni par un regard extérieur, ni par vous-même. Laissez votre esprit et votre corps s’exprimer. Vous pouvez profiter d’un accompagnement musical si vous le souhaitez, mais il ne doit surtout pas contraindre votre danse, uniquement lui servir de support, c’est votre expression qui prime.

Comme toutes les pratiques méditatives, la méditation dynamique demande de la pratique pour que les effets profonds puissent se faire sentir. Au début, contentez-vous de profiter de l’exercice lui-même, libérateur pour le corps et l’esprit, et, surtout, prenez plaisir à ce que vous faites pour que la méditation dynamique ne soit jamais une contrainte.

Avez-vous déjà essayé la méditation dynamique ? Qu’avez-vous ressenti juste après ces 5 phases ?

 

Sujets abordés dans l’article :

  • Bouger en méditant
  • Gagner de l’énergie en méditant
  • Méditation dynamique
  • Méditation pour activer vos sources d’énergies
  • Méditer dynamiquement


Partagez notre article sur vos réseaux sociaux


Vous pourriez également apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *