Comment transcender un stress post-traumatique grâce à la méditation ?

transcender un stress post-traumatique grâce à la méditation
Vous pouvez transcender un stress post-traumatique à l’aide de la méditation !

La violence. L’un des plus détestables aspects de la psyché humaine pour ceux qui la perpètrent. L’une des choses les plus difficiles à surmonter pour celles et ceux qui en sont les victimes. Dont, encore aujourd’hui, un nombre intolérable de femmes. En parallèle, des soldats, bien que rentrés au pays, peuvent rester marqués à tout jamais par les horreurs de la guerre.

Nous allons examiner dans cet article ce que la méditation peut y faire, et à l’écoute de témoignages et des scientifiques, tenter de savoir s’il est possible de transcender un stress post-traumatique grâce à la méditation.

Transcender un stress post-traumatique grâce à la méditation

Même dans les pays soit-disant civilisés, un nombre ahurissant de femmes sont les victimes directes de la violence, que ce soit parce qu’elles sont battues, violées ou contraintes à des actes sexuels non consentis ou sujettes à toutes formes d’abus au cours de leur vie. Et le fait est qu’un nombre très faible d’entre elles cherchent un soutien professionnel pour y remédier.

« Pourquoi cela m’est arrivé à moi ? » est une question qui tourmente bon nombre de ces victimes. Or, on ne peut souvent pas expliquer ce pourquoi, on ne peut qu’assister à la fragilisation, la dégénérescence de la victime, qui se trouve à y penser constamment, à ressasser, à regretter et peut-être même à culpabiliser. Cette souffrance est la même chez les vétérans, car la guerre est une source des plus horribles traumatismes.

On pense aujourd’hui que le traumatisme est « imprimé » dans la zone non verbale du cerveau, l’amygdale, qu’on considère en neuroscience comme le siège de la réponse « fight or flight » (« bas-toi ou fuie ! ») ou plus simplement, la zone du cerveau contrôlant la peur. D’après le Dr Travis du Centre d’études pour le Cerveau, la Conscience et la Réflexion, les expériences traumatiques activent l’amygdale et réduisent l’activité du cortex préfrontal, siège de différentes fonctions cognitives majeures. « Vous êtes hyper-vigilant, vulnérable, vous pensez que les gens ne vous comprennent pas » déclare le spécialiste. « Parce que c’est ce que votre cerveau vous raconte. » Il affirme que pour désactiver l’amygdale, « il faut vivre quelque chose qui est l’exact opposé d’un traumatisme, une expérience qui est silencieuse et non chaotique. » Et d’ajouter : « Quand vous transcendez en méditation, ces signaux de peur que vous envoie le cerveau sont mis en arrêt. » Il s’appuie en disant cela sur les résultats de tout un panel d’études réalisées sous contrôle prouvant l’efficacité de la méditation pour lutter contre le trouble de stress post-traumatique avec des recherches menées depuis les vétérans du Viêt-Nam jusqu’aux soldats rentrant d’Irak et d’Afghanistan.

Tara Wise Jones fait partie de ces vétérans et, en tant que directrice exécutive du National Women’s Veteran’s Association of America, témoigne.

La Méditation transcendantale (l’une des méthodes alliant méditation traditionnelle à la recherche scientifique) m’a sauvé la vie. Elle a apaisé mon esprit, et m’a aidé à restaurer ma mentalité de battante, retrouver ma féminité et m’a permis de penser mieux, de façon plus claire et posée. Une fois formée, j’ai compris que je ne dépendais de personne d’autre et cela m’a permis de me sentir mieux, mentalement et physiquement.

Intéressons-nous à présent au témoignage d’une femme qui a souhaité rester anonyme.
Adolescente, elle a, sous la menace d’un couteau, été assaillie sexuellement. Elle n’en a jamais parlé, a combattu la dépression et la honte en prenant de la drogue et en suivant des comportements destructeurs. Les souvenirs, associés à une peur et une anxiété constantes la taraudaient. Laissons-la raconter :

j’ai entendu parler de méditation un an après et j’ai essayé. Et c’est à ce moment-là que j’ai découvert une part de moi-même, en paix et inviolée,  un sentiment de joie sans temporalité que je n’ai jamais connu auparavant. Ce n’est pas un produit de l’imagination, juste la plus claire, profonde et réelle part de mon être. J’ai pratiqué la méditation deux fois par jour et au bout du compte, je suis redevenue la fille exubérante que j’étais jadis, en plus sage, plus calme, en paix avec moi-même et le passé.

Ce que cela nous enseigne, c’est donc que très profondément en nous, au-delà du subconscient, s’étend le champ silencieux et transcendantal de la conscience, et qui demeure vierge de l’impact négatif laissé par les expériences marquantes de la vie. En en prenant conscience, nous étendons cette paix à tout notre être, purifiés et allégés de tout fardeau et en paix avec tout le monde et toutes choses.  Nous espérons bien évidemment que vous n’aurez jamais besoin de transcender un stress post-traumatique grâce à la méditation, mais ce dont vous devez vous rappeler, c’est que face à chaque épreuve, on peut trouver des appuis auxquels s’accrocher. Et la méditation en fait définitivement partie.

Si vous avez trouvé cet article intéressant ou pensez qu’il pourrait peut-être aider quelqu’un de votre entourage, nous vous invitons à le partager !

Article-source (en anglais)

 

Sujets abordés dans l’article :

  • Dépasser stress post-traumatique avec méditation
  • Méditer pour surpasser un stress post-traumatique
  • Méditer pour transcender un stress post-traumatique
  • Récupérer d’un choc grâce à la méditation
  • Transcender un stress post-traumatique avec la méditation


Partagez notre article sur vos réseaux sociaux


Vous pourriez également apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *