La méditation pour soulager les maladies inflammatoires chroniques ou autres facteurs liés au stress

Il est une chose que nous ne dirons pas : c’est que la méditation peut remplacer la médecine. En effet, il serait inconsidéré de se passer de la médecine moderne. Pourtant, comme nous allons le voir, il est possible d’utiliser la méditation pour soulager les maladies inflammatoires chroniques ou autres facteurs liés au stress. Cependant, que ce soit en termes de pméditation et maladies inflammatoires chroniquesrévention, de traitement ou de suivi, votre médecin doit rester votre principal interlocuteur. Il est d’ailleurs à noter que si vous éprouvez des troubles respiratoires, il convient de consulter avant d’entreprendre des exercices liés à la respiration.

Méditation et maladies inflammatoires chroniques

Si les bienfaits de la méditation en matière de diminution des risques cardiovasculaires, de lutte contre la solitude et d’amélioration de l’attention ne sont plus à prouver, voila une nouvelle application qui pourrait bien changer la vie de nombreuses personnes. Une étude réalisée par des neuroscientifiques de l’Université du Wisconsin-Madison vient tout juste de révéler que les techniques de méditation de pleine conscience (centrée sur la maîtrise de la respiration, la concentration et les sensations corporelles) pouvaient même contribuer à aider les personnes souffrant de maladies inflammatoires chroniques, pour lesquelles le stress psychologique agit comme un catalyseur.

Rhumatismes, maladies inflammatoires intestinales et asthme pourraient donc être soulagés par une meilleure gestion du stress, à l’aide de la méditation de pleine conscience. L’idée n’est pas si farfelue que ça, car quand on y pense, si ces troubles sont bien d’ordre psychologique, alors un « traitement psychologique » pourrait bien aider à les résoudre. C’est le postulat de départ de la chercheuse Melissa Rosenkranz, dans une étude publiée par la revue Brain, Behavior and Immunity. Elle y explique, preuves à l’appui, qu’apprendre à canaliser sa tension en pratiquant régulièrement une activité de relaxation mentale comme la méditation, a un véritable effet thérapeutique.

Pour justifier son propos, elle a confronté deux méthodes de réduction du stress. L’une, basée sur la méditation de pleine conscience, dont nous avons déjà parlé dans de précédents articles, et l’autre, combinant activité physique, éducation nutritionnelle et musicothérapie. Deux programmes nécessitant la même quantité de formation, le même niveau d’expertise et une même pratique à domicile après la formation.

Les chercheurs ont également provoqué une inflammation de la peau (via une pommade à la capsaïcine) et un stress psychologique aux participants dont ils ont ensuite observé la réaction de leur système immunitaire et endocrinien.

Résultat, si les deux méthodes se sont montrées concluantes, le programme basé sur la méditation s’est avéré plus efficace pour diminuer le stress induit par l’inflammation cutanée.

« Ce n’est pas une panacée, relativise l’auteur de l’étude, mais les résultats montrent que certains patients auraient intérêt à ne pas avoir systématiquement recours à des traitements pharmacologiques. La méditation s’impose définitivement comme une alternative à moindre coût ou au moins comme un complément à un traitement standard. D’autant qu’elle peut ensuite être pratiquée facilement par les patients à leur domicile ou au bureau », ajoute-t-elle.

De quoi expliquer pourquoi l’armée américaine, en proie à un taux de suicide record parmi ses milliers d’anciens combattants, a décidé d’examiner la possibilité d’utiliser cette technique pour aider ses soldats à mieux combattre leur stress et réduire la pression sur ses membres éprouvés par plus d’une décennie de combats en Irak et en Afghanistan. Comme nous l’avons déjà vu, la méthode a même été utilisée chez les victimes civiles d’un choc traumatique majeur, comme un accident, un attentat ou un viol.

Ainsi, faire appel à la méditation pour soulager les maladies inflammatoires chroniques est bel est bien une possibilité, l’une des nombreuses applications possibles pour cette pratique décidément bien utile. Ainsi, après le fameux men sana in corpore sano, (« un esprit sain dans un corps sain »), on peut rechercher à obtenir un « esprit sain pour un corps sain ». Cela dit, encore une fois, n’oubliez pas de continuer à consulter votre médecin avant de décider que la méditation suffirait pour vous guérir. D’un autre côté, si vous avez-vous-même réussi à soulager une maladie inflammatoire avec la méditation plutôt que des médicaments, nous serions ravis d’en entendre parler !

Article original, ici

Sujets abordés dans l’article :

  • Méditer pour diminuer les inflammations chroniques
  • Méditer douleurs inflammatoires
  • Méditation inflammation
  • Méditation et maladies inflammatoires chroniques
  • Méditation et douleurs chroniques


Partagez notre article sur vos réseaux sociaux


Vous pourriez également apprécier

1 commentaire sur “0”

  1. Bonjour,

    Dans le cas de la fibromyalgie, je recommande la méditation pour l’utiliser depuis 3 ans et qui me permet de fortement diminuer les antalgiques. A raison de 15 à20 mn le matin et de 30 à 40 mn le soir, j’ai pu retravailler, même si parfois c’est difficile. Je mène une vie « presque normale ».
    Bien sûr, cela s’accompagne d’un suivi médical et psycho-thérapeuthique.
    Il s’agit d’une maladie dont les origines se trouvent très lointaine, enfance, foetus, voir d’autres vies antérieures. Le travail sur soi est donc indispensable si nous voulons que les effets de cette maladie (pour l’instant incurable) soit atténués et la méditation est un des éléments nécessaire pour cela.

    1. je souffre de fibromyalgie, mais le plus pénible pour moi dans cette maladie n’est pas la souffrance physique, mais les dépressions à répétition qui font partie de la maladie !

      1. Effectivement, les dépressions sont courantes. J’évite de prendre des anti -dépresseurs que je remplace par la méditation de pleine conscience.
        Solidairement,
        Henri

  2. Très bon article!
    Je ne connais heureusement personne atteint d’une maladie respiratoire chronique mais il est certain que la méditation est bénéfique face à tout type de maux et que le stress est un de nos plus grands ennemis! Je sais personnellement que la méditation m’a aidé à résoudre mes troubles du sommeil donc je n’ai pas de doute qu’elle puisse bénéficier à d’autres situations!

  3. Vos article sont vraiment bien fait, accessibles à beaucoup, très proche du concret, du quotidien, vraiment très intéressant.
    Je les partage souvent sur fb car je suis dans la même mouvance et surtout, je veux parler aux gens de choses concrètes, dans le quotidien, exactement comme vous faites.
    Je vous encourage vraiment à continuer et je vous félicite pour tous ces articles.
    Continuez !!! 🙂

  4. Bonjour
    Je travaille sur un projet de méditation pour des personnes en situation palliative pouvant presenter des difficultés respiratoires liées à cet état.
    J’aimerai savoir si une pratique de méditation pourrait être bénéfique ou plutôt être source d’une augmentation de l’angoisse du fait de justement être plongé dans une attention particulière à sa propre respiration lors d’une séance de méditation.
    Merci pour vos infos bien précieuses.

    1. Si quelqu’un ne peut pas respirer facilement (dans un cas d’asthme, etc), ils peuvent utiliser «la respiration du corps» – la technique de qigong.

  5. Cet article est très encourageant pour moi qui souffre de fibromyalgie!Cela me permet d’espérer d’avoir une vie avec moins de douleurs physiques!Merci beaucoup de mettre toute cette belle documentation a notre portée de façon gratuite et facile a assimiler

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *