Pourquoi et comment méditer dans la nature ?

méditer dans la nature

Avez-vous déjà essayé de méditer dans la nature et de vous ancrer dans le sol ? Qu’avez-vous ressenti ?

Pourquoi rester enfermé, pourquoi vous priver du plaisir de méditer en pleine forêt, au milieu d’un pré, au bord d’un sentier de randonnée, sur la plage, en pleine montagne ? Si vous vous demandez pourquoi méditer dans la nature, voici quelques réponses qui devraient vous donner envie de poser votre coussin de méditation ailleurs que dans votre salon ou votre chambre.

Méditer dans la nature

Méditer en pleine nature, qu’avez-vous à y gagner ?

La nature, que ce soit en forêt, en montagne, dans un pré, un champ, dégage des énergies, vous fait profiter d’un sentiment de bien-être objectivement sensible par quiconque ne se crispe pas face à elle. Des études scientifiques ont prouvé l’effet positif des ions négatifs que dégage la forêt. Au delà de cet effet purement physique, profiter d’un champ de vision plus large, que les constructions n’entravent pas, profiter d’un paysage sonore dont les sons ne sont pas agressifs ou lancinants comme le sont les avertisseurs, les coups de freins, les accélérations des voitures ou des motos est extrêmement reposant et vous permettra de vous sentir plus uni à votre environnement. Face à un monde plus vaste et plus apaisé, vous serez, vous aussi, plus vaste intérieurement et apaisé, vous vous sentirez moins limité, moins recroquevillé, vous pourrez vous épanouir physiquement et mentalement, vous ouvrir. Vous aurez moins de difficulté à vous concentrer et vous constaterez que certains sons, certains bruits n’ont rien de dérangeant. Une rivière qui coule, le chant des oiseaux, le bourdonnement des insectes, tout cela relève de la vie. Cela crée un paysage sonore qui n’a rien d’oppressant, que l’on trouve généralement agréable. Et vous avez là une occasion de vous interroger sur ce qui fait la différence entre ces bruits et ceux de la ville, parfois si dérangeants alors qu’ils ne sont pas nécessairement plus forts ou stridents.

Vous avez aussi l’occasion de laisser l’énergie des lieux dans lesquels vous méditez vous pénétrer. La nature est riche d’une vie intense et vous serez frappés par ce que vous ressentirez à son contact, en acceptant de méditer en son sein. Vous deviendrez également très sensible au moindre souffle de vent, à la moindre variation des parfums, de la température, de l’hygrométrie. Laissez tout cela vous marquer, faites en sorte d’en étudier tous les aspects, faites-en l’objet de vos méditations et vous créerez un lien avec votre environnement d’une rare intensité. Vous deviendrez plus sensible parce que vous aurez réveillé vos sens, vous aurez enrichi leur langage, leur vocabulaire et leur grammaire. Eux, en retour, vous fourniront des informations toujours plus riches, plus précises, et toute votre vie s’en trouvera modifiée, croyez-le.

Est-ce que méditer en pleine nature demande des adaptations ?

Pour méditer en pleine nature, vous n’avez pas besoin de changer quoi que ce soit à votre pratique. Pourquoi le devriez-vous ? Prenez une bouteille d’eau, votre coussin de méditation ou une petite chaise pliante, voire une simple couverture. Empruntez un sentier que vous appréciez ou, si vous découvrez le lieu, un chemin qui vous inspire, au gré de votre intuition, de votre envie du moment. Laissez votre esprit divaguer, sachez être sensible aux informations que vos sens vous donnent quant aux lieux que vous traversez. Lorsque vous en ressentez l’envie, installez-vous. Si vous le voulez, privilégiez un lieu loin du passage, pour ne pas être dérangé. Puis méditez simplement comme vous savez le faire. L’influence des lieux se fera tout naturellement sentir, et méditer en pleine nature sera une expérience forte. Ne cherchez pas à forcer quoi que ce soit. Si, sur le moment, vous n’avez pas l’impression d’une différence, c’est qu’il vous faut encore un peu de temps pour la trouver, pour la déceler. Peut-être avez-vous besoin de simplement travailler un peu plus, de réitérer l’expérience. Mais il y a bien des chances pour que vous sentiez au contraire une liberté incroyable, un sentiment de libération à n’être plus enfermé entre quatre murs. Vous vous sentirez en connexion avec votre monde, avec une énergie incroyable et un peu brute. Vous retrouverez le plaisir des choses les plus simples, vous verrez que ce que vous preniez pour normal est en fait extrêmement travaillé et raffiné, ne serait-ce que par contraste avec la simplicité de la beauté de la nature.

Méditer dans la nature est une expérience enrichissante et qui pousse en général à revoir tout son système de valeur. On redécouvre la complication de bien des choses. Cela n’empêche en rien de continuer à les apprécier, mais on est bien plus conscient de leur complexité. Vous cesserez cette course au raffinement et à la délicatesse. Vous reprendrez contact d’une manière plus saine avec les énergies brutes qui vous habitent, vous saurez mesurer à quel point certaines de vos conduites relèvent d’un comportement très complexe, plutôt que de les voir comme des actes basiques. Vous sentirez aussi une énergie intense vous envahir, vous vous sentirez littéralement rechargé. Méditez en pleine nature, ne serait-ce qu’une fois, ne serait-ce que par pure curiosité, vous en reviendrez avec un point de vue différent sur ce que le monde recèle de richesse et d’énergie, c’est certain.

Méditez-vous parfois en pleine nature ? Si oui, avez-vous des conseils à partager ? Quels sont vos endroits préférés ?

Vous pourriez également apprécier :


Recherches qui ont permis de trouver cet article :
    meditation de pleine conscience dans la nature, méditation sur la nature

Discussion

  1. le goff a écrit :

    Dès la belle saison, éviter les forêts et les herbes hautes à cause des tiques.
    Personnellement, je médite en forêt l’hiver et sur la falaise, face à la mer l’été.
    Une expérience inoubliable, un hiver la neige s’est mise à tomber pendant ma méditation. Chaudement habillé que j’étais, j’ai écouté le silence de la neige qui tombe.

  2. Caroel a écrit :

    J’ai l’habitude de méditer en forêt, près d’un arbre qui m’inspire, et les sensations sont très agréables !!!

  3. Frédéric a écrit :

    Après des années passées à méditer de manière « classique », avec des résultats médiocre, j’ai découvert la méditation dans la nature. Et ça a été fantastique, les progrès ont été fulgurants. Pour ce qui me concerne, la méditation ne commence pas lorsque je m’installe, mais dès que je commence ma « promenade méditative ». La méditation en marchant…

Réagir

*