La méditation contre la douleur – un moyen efficace de réduire la douleur sans médicaments !

méditation contre la douleur

La méditation contre la douleur – plus efficace que les analgésiques !

Cet article fait suite à l’une de ces nombreuses expériences menés par des scientifiques curieux de   « lire », à l’aide des instruments modernes, les bienfaits de la méditation.

Pour cette expérience, ils ne se sont pas focalisés sur un état psychologique : ils se sont en fait demandés quelle pouvait être l’efficacité de la méditation contre la douleur physique.

Qu’ont-ils découvert ? Vous allez vite le savoir !

Méditation contre la douleur

Ceci est la traduction et l’adaptation d’un article (en anglais) publié ici.

Pour cette étude, 15 volontaires sains qui n’avaient jamais médité auparavant ont assisté à quatre cours de vingt minutes chacun pour apprendre les bases d’une technique de méditation connue sous le nom barbare de (on a beau dire que les Américains sont terre-à-terre, pourtant, en matière de méditation, ils semblent bien mieux disposés que les Européens !) focused attention. En fait, il s’agit ni plus ni moins que d’une « concentration intense ».  Elle est dérivée de la technique de méditation de pleine conscience, que, si vous fréquentez assidûment ce blogue, vous connaissez bien. Focused attention a pour vocation de centrer l’attention sur la respiration et de laisser voguer penser et émotions.

«  Il s’agit de la première étude parvenant à démontrer qu’un petit plus d’une heure de formation à la méditation peut réduire drastiquement l’effet de la douleur et son impact sur le cerveau », déclare le Dr Fadel Zeidan, initiateur de l’expérience et travaillant au Wake Forest Baptist Medical Center, en Caroline du Nord.
Avant et après la séance de méditation, l’activité du cerveau des participants a été analysée avec un type spécial d’IRM : un IRM ASL (pour arterial spin labelling magnetic resonance imaging), plus précis  pour « lire » dans l’esprit des participants qu’un IRM classique.

Durant l’expérience, les participants se voyaient recevoir un appareil, placé sur leur jambe droite et produisant une chaleur désagréable voire douloureuse, sur une petite parcelle de peau ainsi chauffée à 120° F (soit 48,8°C).

Les scans effectués après la séance de méditation a montré que le degré de douleur de chaque participant se trouvait réduit, avec des baisses allant de 11 à 93% ; en parallèle, la méditation réduisait significativement l’activité cérébrale dans le cortex somatosensoriel primaire, une zone qui est particulièrement impliquée dans l’élaboration de la localisation et de l’évaluation d’un stimulus de douleur :

  • Avant la séance de méditation, ces scans montraient donc une ativité intense : les gens avaient mal, et ils savaient où.
  • Durant la séance, les scans pris ne montrèrent à contrario que cette activité semblait avoir disparu !

Cette étude a de plus mis en évidence que la méditation augmentait l’activité du cerveau dans certaines zones y compris dans le cortex cingulaire antérieur, insula antérieure et le cortex orbito-frontal, là où le cerveau stocke son expérience de la douleur et développe ses mécanismes d’adaptation.

Sous la direction du Dr Zeidan, les chercheurs ont donc calculé une réduction de l’intensité de la douleur d’envionr 40% ainsi qu’une réduction de 57% du malaise généré par cette douleur.

Conclusion sans appel du Docteur :  «  la méditation induit une plus grande réduction de la douleur que même la morphine ou d’autres analgésiques, qui réduit généralement l’intensité de la douleur d’environ 25%. »

Concernant la morphine, comme elle anesthésie les sens, on ne doit pas oublier que si elle rend certaines douleurs terribles supportables, ce que parce qu’elle masque les stimuli.

Intéressantes conclusions, n’est-ce-pas ? Ainsi, selon le Dr Zeidan, « la méditation a un grand potentiel pour une utilisation clinique étant donné l’effet spectaculaire obtenu avec entraînement si court. » La méditation contre la douleur, oui ça marche !

Bien sûr, il convient de replacer ces résultats dans leur contexte, à savoir qu’il est sans doute bien plus facile de relativiser la douleur occasionnée par un dispositif, somme toute raisonnable, que celle que peut infliger une fracture, ou que  peut ressentir un grand brûlé ou la victime d’un cancer, sans parler de la détresse psychologique engendrée. Après tout, le Dr Zeidan n’a pas torturé ses volontaires !

Quoi qu’il en soit, «  cette étude montre que la méditation produit des effets réels dans le cerveau et peut fournir un moyen efficace pour des personnes de réduire sensiblement leur douleur sans médicaments », et ça, c’est tout de même une sacrée avancée, vous ne trouvez pas ? La méditation, ou couteau suisse des sages…

Si vous trouvez ces résultats encourageants et désirez participer à une méthode alternative de réduire la douleur, nous vous invitons à faire circuler cet article !

Vous pourriez également apprécier :


Recherches qui ont permis de trouver cet article :
    meditation contre la douleur, meditation douleur, méditation et douleur, douleur, meditation douleur physique, méditation de pleine conscience pour soulager la douleur, mediter contre la douleur, la douleur, meditation anti douleur, mal cervicales méditation

Discussion

  1. fa a écrit:

    Bonsoir,

    Je confirme le bien fait de la méditation, après un burn out , des douleurs insupportables sont apparues, après examens.. diagnostic = fibromyalgie.. j’ ai découvert la méditation par hasard et me suis vite aperçu d’une grande réduction de mes douleurs au bout de quelques mois… Depuis j’ai arrêté les anti inflammatoire et morphine.. Aujourd’hui je suis sur le chemin de la guérison… Je poste ce message pour témoignage.. Merci méditation !!

    • buyck a écrit:

      bonjour,je suis moi-meme atteinte de fibromyalgie cela fait 4 mois que je pratique la meditation ,mais les douleurs sont toujours présentes .Pouvez-vous me dire quelle méditation vous pratiquez?par avance je vous remercie de votre réponse cordialement

  2. Vilain Vanessa a écrit:

    Bonjour,
    Je suis moi-même atteinte de douleurs neuropathiques très aïgues depuis un accident il y a 9 ans. et je suis amputée depuis 1 an. Bref, je souffre physiquement et pshychiquement. Je prend toujours de la morphine mais comme cela ne suffit plus, je vous conseille de lire un ouvrage intitulé « le Cercle de Grâce » qui permet au corps physique ainsi qu’à l’aura de se purifier des « énergies lourdes » afin de soulager des douleurs physiques, émotionnelles et mentales. Bien sûr comme la méditation, il faut pratiquer quotidiennement, mais je dois constater que la morphine n’est qu’un supplément depuis que je pratique ces méditations. Donc oui, la méditation (la visualisation aussi, ainsi que la sophrologie et le chamanisme sont mes armes)quelle qu’elle soit aide beaucoup dans le cadre de douleurs chroniques.
    Merci à l’Univers de nous apporter de quoi nous aider…

  3. DEBREMAEKER Sabine a écrit:

    Je débute depuis 2 mois. Parmi malheureusement mes pathologies, une est très douloureuse sur un fond pratiquement permanent avec exacerbation lors de crise qui peuvent durer jusqu a 50 heures. Mon foie fait un peu la tête après avoir tâte de divers médocs pas anodin. Donc sevrage et traitement médicamenteux minimal. Déjà j ai récupéré un peu de combativité. J ai tenté la méditation. 2ème séance balayagens corporel. J ai retrouvé des sensations que j avais en randonnée par exemple ou en nageant. J ai pris conscience que pour moins souffrir sans doute je ne pensais plus mon corps. Mais les ruminations en avaient profite pour conquérir le terrain. J ai testé en crise non faut pas exagérer mais 20 minutes par jour commence à sérieusement diminuer la fréquence l intensité et la durée des crises, et si une s annonce je ferme les yeux me concentre sur ma respiration et je commence à arriver à gérer. Meilleur bénéfice grande diminution de la consommation des médicaments de crise. Parce que C est pas tout se soigner d un cité et se rendre malade de l autre C est pas forcément un bon calcul. J ai un peu repris le pouvoir dans mon corps. Je n espère pas guerir mais pouvoir profiter de bons moments. Et ça C est bon pour le moral et ça aide.

  4. Arsène a écrit:

    Bonjour,
    Merci pour cet article très intéressant. Mais je ne parviens pas bien à savoir si durant un épisode douloureux il faut focaliser son attention méditative sur la douleur et l’endroit où elle est déclenchée OU à l’inverse s’il faut diluer la douleur dans un tout et ne pas focaliser notre attention dessus ?
    Merci par avance pour votre éclairage.

Rétroliens

  1. […] Quand on sait à quel point on a aujourd’hui tendance à vouloir faire de nous des être refoulés et mécaniques, on ne peut qu’apprécier ce retour à l’écoute corporelle. Savoir s’écouter, ce n’est plus si évident par les temps qui courent et quand on prend la peine d’écouter ce que notre corps a à nous dire, on apprend un certain nombre de choses. (Par exemple qu’on doit sûrement être beaucoup trop adepte du clic frénétique sur la souris à en juger par cette terrible douleur à l’index droit…) Porter attention à ses sensations et y être réceptif est sûrement une bonne chose lorsque l’on sait que la méditation a des effets qui peuvent s’avérer plus efficaces que la morphine. […]

Réagir

*