Courir en méditation – entraînez votre corps et votre esprit simultanément !

courir en méditation

La couverture du livre de Sakyong Mipham Rinpoche - courir en méditation

Certaines associations d’idées ne nous semblent pas naturel, du coup leurs « inventeurs » passent soit pour des originaux, soit pour des précurseurs.

Vous déciderez vous-même dans quel camp vous rangerez Sakyong Mipham Rinpoche et son idée de courir en méditation.

Le principe ? Lisez plutôt, voici un résumé des quelques points qu’il aborde dans son livre, « Running with the Mind of Meditation: Lessons for Training Body and Mind »

Courir en méditation

Courir et méditer, des idées opposées, à la base ? Peut-être,

car la course est un entraînement du corps, et la méditation est une formation de l’esprit.

cependant,

Si nous nous entraînons seulement le corps et ignorons l’esprit, le corps est remis en forme tandis que l’esprit est négligé. […] Inversement, si nous nous concentrons uniquement sur l’esprit, c’est le corps qui est négligé, et nous ressentons les effets néfastes de notre forme physique stagnante.

c’est une une autre façon de dire men sana in corpore sano, ça fait donc longtemps qu’on le sait ! Et Sakyong de soulever un point intéressant :

la recherche neuro-scientifique révélant comment [la méditation] déplace nos ondes cérébrales, réduit le stress, l’anxiété, la dépression et la peur – et amplifie nos sentiments de calme et de bonheur. Ces bénéfices mettent en évidence certains éléments clés de la méditation qui sont aussi simples et évidents pour l’esprit que la souplesse et la musculation le sont pour le corps. Une fois que nous avons compris cela, nous pouvons appliquer les techniques de méditation à toute activité.

Nous avons déjà parlé de la Pleine Conscience. Appliquée au footing, cela donne :

focalisons notre esprit à n’importe quelle activité, et observons-la d’une manière non moralisatrice : quand nous courrons, soyons conscients de notre respiration, du battement de nos pieds, du balancement de nos bras. Et ce faisant, nous ne ressentons plus d’inquiétude quant à l’avenir ou de regrets pour le passé. Simplement se concentrer sur ce que nous faisons maintenant. Sur le plan pratique, lorsque nous sommes conscients, nous sommes en contact avec ce que nous ressentons physiquement. Par conséquent, nous devenons capables de sentir quand nous en faisons un peu trop.

Et ce sentiment d’unité avec son propre corps est une source de bien-être intense.

Si nous parvenons à nous inculquer la discipline d’apprécier le moment présent, nous serons en mesure de profiter de toute activité, quoi qu’il arrive dans nos vies.

Une fois que nous avons cette satisfaction, nous pouvons regarder plus loin et

que ce soit avec le fait de courir ou dans la méditation, il y aura toujours des défis à se lancer. Courir plus vite, plus loin ou plus longtemps. Dans la méditation, le défi c’est d’être courageux et non pas d’essayer d’esquiver constamment l’ennui l’inconfort, mais plutôt de faire face et d’être « cool » avec les choses telles qu’elles sont. Car affronter les moments de doute, apprécier le défi, ça renforce l’esprit et lui donne de la profondeur.

Effectivement,

le challenge fait naturellement partie de la vie. Il nous permet de nous étendre au-delà de notre zone de confort et de nous lancer sans crainte vers de nouvelles expériences. Sans défi, la méditation et l’entraînement deviennent des routines que nous subissons. C’est facile à analyser puisque toute joie s’évapore. Le défi ajoute un peu d’audace et de démesure à la vie !

Enfin, dans le cas du footing comme dans la méditation, poursuit Sakyong,

il est aussi important de se fixer un but. Et quand ce but est atteint, ressentir bien évidemment le sentiment d’accomplissement, de valorisation, qui va avec fait tellement de bien…

Vous l’avez compris, courir en méditation ce n’est pas passer pour un fou dans le parc en criant « OM » (le son bouddhique, pas le nom de l’équipe !) à chaque expiration. Non. C’est faire en sorte que les deux activités se complètent et se renforcent afin de vous faire parvenir à un état d’harmonie qui vous permettra de vous sentir forts et mieux encore, en vie.

Peut-être n’aimiez-vous pas courir, parce que vous trouviez ça ennuyeux ou répétitif, ou stérile. Eh bien vous venez de trouver les outils qui rendent ça enrichissant, alors maintenant sortez vos baskets et votre survêtement, c’est parti !

Pour les lecteurs désirant en savoir plus, voici la vidéo (en anglais) de présentation du livre de Sakyong Mipham Rinpoche sur le sujet :

Avez-vous aimé cet article ? Si c’est le cas, nous vous invitons à le partager avec vos amis !

Source

Vous pourriez également apprécier :


Recherches qui ont permis de trouver cet article :
    méditer en courant, méditation et course à pied, course à pied et méditation, meditation course a pied, courir mediter, mediter en course à pied, la medidation en course à pied, entrainer son corps et son esprit au positif, course méditative, courir en meditant pleine conscience

Discussion

  1. Très sympa cet article qui a résonné chez moi comme je fais de la course à pied pour garder la forme. J’ai voulu arrêté à un moment comme cela ne correspondait pas à l’image que j’avais d’un méditant. Une fois de plus, le mental est souvent stupide lol.
    Je trouve que c’est très inspirant de voir ce moine. Je partage tout à fait ce qui est expliqué dans la vidéo. Plus je suis concentré sur le chrono, le temps qu’il « faut » réaliser et moins je suis performant.
    J’ai retrouvé ça chez les coureurs que je côtoyais à Marseille. Tous avaient un excellent niveau et le jour de la course, il y a avait plein de calculs sur tel ou tel temps qu’il fallait faire pour la course. Résultat: tout le monde était déçu à la fin lol.
    Il m’est arrivé une fois de courir en me sentant totalement libre et déconnecté du mental. C’était très agréable avec l’impression de voler.
    Merci pour cet article qui me permet de prendre la course à pied sous un angle différent, sans une montre avec un chrono à suivre minute par minute.

    • Je t’en prie !

      Merci pour ton partage d’expérience ! Je dois dire que ce moine m’a également redonné goût à la course à pied ! 😉

  2. prudence philippe a écrit :

    Une belle vidéo ou je retrouve le sens de mes sorties de course a pied même si je ne met plus de dossard je sort en moyenne 5 fois semaine et j’éprouve toujours, cette sensation ,de liberté, de sérénité .depuis quelques années j’applique la pleine conscience lors de ces sorties ce qui est un plus indéniable dans l’une ou l’autre activité (course-méditation )merci pour ce partage belle journée a tous….

  3. Django a écrit :

    Il y a t-il une traduction de prévue ?

  4. Runner a écrit :

    Bonjour,
    moi qui cours depuis plus de vingt ans et qui découvre aujourd’hui (oui, aujourd’hui même) la méditation, en lisant ce qu’est la plein conscience je me suis dit que la pratique du jogging pouvait certainement être une bonne occasion d’exercer la pleine conscience.
    Cet article et la vidéo me le confirment.
    Dimanche pendant ma sortie de course je ferai donc ma première séance de méditation en pratiquant la pleine conscience !
    Mais en y réfléchissant bien, je le faisais déjà un peu, mais sans le savoir !
    Merci à vous !

  5. Runner a écrit :

    Tiens, je viens de trouver ce lien (en anglais), que je trouve intéressant et peut venir compléter l’article de cette page.
    http://www.huffingtonpost.com/2013/07/22/meditation-in-action-running-mindfulness_n_3625110.html

Réagir

*