Mon parcours initiatique vers la méditation

Article invité rédigé par Christine du blog Votre Efficacité personnelle, dans le cadre de l’évènement le « Cham des invités ».

De la prière à la méditation

Ayant été élevée dans la religion catholique aussi loin que je me souvienne et jusqu’à la fin de mes études dans un collège privé, mon éducation chrétienne m’a appris à pratiquer la prière.

Avec plus ou moins de ferveur, selon mon état d’esprit du moment, je m’adressais au divin, oralement ou mentalement. Il était possible alors toujours selon ma ferveur et je dirais maintenant mon lâcher-prise, d’éprouver une paix profonde et de me sentir en communion avec l’univers, finalement.

Bien entendu, nous ne parlions ni développement, ni épanouissement personnel. Mais bien que le but, ne fût pas évoqué aussi clairement, c’était aussi, en développant notre spiritualité pour tenter d’être connecté au divin, un moyen de nous développer personnellement.

D’ailleurs grâce au chant choral de psaumes et de chants religieux nous pouvions atteindre une sorte d’illumination. En tout cas, pour moi personnellement, cela s’est produit une fois durant un chant choral, lors d’une cérémonie au collège.

Je devais avoir 14 15 ans, je ne me souviens plus exactement. Ce dont je me souviens, c’est qu’alors, comme beaucoup d’adolescents, j’étais mal dans ma peau et que ce jour-là en chantant avec mes copines de classe dans la chapelle du collège, j’ai ressenti un bonheur tellement fort, une union tellement puissante avec les autres que cette émotion est restée gravée dans ma mémoire depuis.

Vous allez me dire : quel rapport avec la méditation ? Eh bien comme le dit Carl-A. Keller (Prof. Dr. Carl-A. Keller professeur d’ancien testament puis de science et de religions à l’université de Lausanne) :

Prier ou méditer, c’est faire une expérience de libération et de liberté ; ce n’est pas s’enfermer dans un carcan de règles étouffantes. C’est tout au plus, prendre des habitudes et imposer à son corps et à son esprit des gestes et des attitudes répétitives qui facilitent la progression vers le but ultime.

À l’époque, nos visites et séances de prières collectives et de chants dans la chapelle du collège étaient régulières. Cette habitude qui pouvait nous sembler parfois lourde à supporter nous entraînait par cette discipline collective à laisser notre égo de côté et à libérer nos émotions. En somme, cela participait à notre éveil et à notre épanouissement personnel.

En effet, quand on prie ou médite on s’ouvre à la spiritualité. On cultive le sens de la spiritualité pour se relier à l’autre et à soi… Et c’est là qu’interviennent toutes les approches de développement personnel qu’on nous propose maintenant, dont la méditation.

La poursuite de mes études aux beaux Arts et ma vie d’adulte m’a éloignée des pratiques traditionnelles de la religion catholique.

Mais je réalise qu’à travers mes démarches artistiques, la pratique du Yoga, mes lectures très nombreuses en « développement personnel » jusqu’à aujourd’hui, mon goût pour la musique classique et les émotions qu’elle provoque (en écoutant la 9ème de Beethoven, ou le Requiem de Mozart par exemple), mon envie de connaître et de pratiquer différentes démarches, comme le Reiki et le Qi Gong, ont pour but d’atteindre, à nouveau, cet état de bien-être que j’ai connu dans cette chapelle.

Et la méditation dans tout ça ?….. Eh bien, finalement il n’y a qu’une vingtaine d’années qu’on en parle en occident. Jusqu’à récemment, elle était réservée à des initiés qui pour la plupart avaient fait le voyage en Inde, au Tibet ou en Chine. Moi-même, jusqu’à ma rencontre avec les enseignements de Bruno Lallement, j’en parle dans cet article, je ne pratiquais pas la méditation de façon régulière et rituelle.

Définition de la méditation

Les types de méditation sont multiples

Dans la religion, la Méditation est un exercice spirituel qui par la prière et le recueillement prépare à la Contemplation.

En psychologie, la Méditation a pour but d’approfondir sa réflexion, par une grande concentration d’esprit focalisée sur un sujet, un bruit, un son bien particulier. C’est, examiner, réfléchir profondément sur un sujet.

En développement personnel, la méditation est avant tout un travail sur soi et une démarche strictement personnelle et individuelle d’introspection. Méditer aide à se calmer, à réduire le stress et à amener une certaine paix intérieure.

« La méditation est au cœur de la pratique du Bouddhisme, de l’hindouisme, du Taoisme, du Yoga, de l’Islam, de la Chrétienté ainsi que d’autres formes plus récentes de spiritualité, mais également médicale. C’est une pratique visant à produire la paix intérieure, la vacuité de l’esprit, des états de conscience modifiés ou l’apaisement progressif du mental voire une simple relaxation, obtenue en se « familiarisant » avec un objet d’observation : qu’il soit extérieur (comme un objet réel ou un symbole) ou intérieur (comme l’esprit ou un concept, voire l’absence de concept). » (Wikipédia)

Petit historique de la méditation

Vieille de plusieurs milliers d’années la méditation semble provenir de différentes régions dans le monde, principalement orientales. C’est une pratique et/ou une discipline mentale ou spirituelle visant globalement à calmer l’esprit en se détachant de l’ego.

Les buts de la pratique de la méditation sont multiples, « faire le vide », « se détacher », « se sentir en unité avec le monde », « atteindre l’éveil » ou simplement « se relaxer », « se détendre », « prendre conscience » etc.

Cette technique, bien que née des racines du bouddhisme et intimement liée à l’éveil du Bouddha, n’est originalement rattachée à aucune religion, philosophie ou voie spirituelle.

Elle a souvent été exploitée et combinée à toutes les religions, philosophies ou voies spirituelles parce que ses bienfaits sont nombreux et peut aider les gens à atteindre des buts inespérés.

Mais quand on commence la pratique de la méditation, la première étape est de travailler sur soi, avec son esprit afin d’arriver à le rendre calme et serein : ne penser à rien pour un instant, contrôler le flux de pensées qui nous hante. Prendre conscience de son corps par la respiration.

Devenir témoin de ses pensées, sans plus s’y associer de manière personnelle, mais en faisant abstraction de leur signification et des pensées nouvelles qu’elles entraînent.

Méditer, c’est un processus de connaissance de soi très intime et très personnel. C’est la rencontre de son « moi » intérieur, on laisse son égo à la porte et l’on se rapproche de son « Être » intime, pour atteindre l’épanouissement et l’éveil indispensables pour vivre sa vie de la meilleure manière pour soi.

Objectif de la méditation en développement personnel

En méditant de façon régulière et en s’entraînant à libérer son esprit, on voit graduellement un énorme changement au niveau de son bien-être personnel, de sa perception de soi, des autres et des évènements de sa vie. Cela provoque également des interactions avec le monde extérieur, et joue un rôle important sur le bien-être physique et la santé.

Personnellement, j’ai un dos fragilisé par plusieurs lumbagos (beaucoup de voiture et de stress à une époque de ma vie professionnelle). Cela a provoqué une hernie discale bien installée, que je ne soigne que par des séances chez mon ostéopathe en cas de crise.

Ce qui me permet de vivre normalement, c’est la pratique régulière d’activités qui finalement, prépare toutes à la méditation (yoga, Qi gong, sophrologie) et par la pratique de la méditation (respiration, lâcher priser, recentrage).

Lorsque vous méditez, vous apprenez à rendre votre esprit plus stable et équilibré en le séparant de l’égo. Vous apprenez à vivre de façon plus sereine, et ce, indépendamment des situations extérieures. Les avantages sont nombreux.

  • Réduction importante du stress

Le stress élève le taux de cortisol. Des études sur des personnes en méditation ont démontré que leur taux de cortisol devenait plus faible. En pratiquant régulièrement, cela tend à persister en dehors de la pratique.

De plus, la pratique régulière de la méditation facilite un état constant de calme mental.

  • Amélioration du sommeil

En éliminant le stress et l’anxiété, la pratique de la méditation régulière favorise un endormissement et un sommeil plus réparateur.

  • Cohérence des ondes cérébrales

Des tests avec électro-encéphalogramme ont indiqué un fonctionnement plus ordonné du cerveau chez les sujets méditant régulièrement.

Cela permet d’augmenter l’imagination, l’attention, la concentration, la mémoire, la créativité, etc.

  • Augmentation des perceptions

La pratique régulière de la méditation permet un contrôle de l’esprit, augmente la perception du monde extérieur. On est plus conscient de soi et de son environnement. Cela permet de mieux s’accepter et vivre le moment présent.

  • Contrôle des émotions, meilleure gestion de problèmes

En méditant régulièrement, on a une vision plus claire de son esprit et des situations hors de notre pouvoir, cela permet de prendre du recul quant aux problèmes de la vie et d’avoir des réactions beaucoup plus positives.

  • Résistance à la pression sociale

Grâce à la pratique régulière de la méditation, on apprend à bien se connaitre et ne plus être influencé par les jugements extérieurs.

  • Capacité de perspective d’autrui

En pratiquant la méditation régulièrement, le jugement a été reconnu pour être plus objectif et fiable que celui des autres personnes. En ayant l’esprit clair, le ressenti est meilleur et permet d’éviter des problèmes de communication.

  • Perception du monde plus positive

Grâce à cette capacité de jugement plus claire, on développe un sens aiguisé d’empathie et de compassion envers les autres. Étant généralement plus heureux, on voit les choses de façon plus positive.

  • Réduction de la pression/tension artérielle

La méditation permet de diminuer le rythme du pouls, le cœur travaille moins et le sang circule mieux dans les veines. Avec la respiration contrôlée, cela provoque un état de repos parfait autant au niveau du corps que de l’esprit.

Comme pour le stress, en pratiquant régulièrement cela tend à persister en dehors de la pratique.  Cela est bénéfique pour la santé en réduisant le risque de maladies cardio-vasculaires.

  • Stimulation du système nerveux

Le système nerveux sympathique et parasympathique est stimulé durant la méditation. La stimulation par la méditation augmente donc les performances physiques et/ou sportives du sujet, et gère l’équilibre de son métabolisme.

  • Abolition de toutes maladies/symptômes liés au stress

On sait maintenant que les maladies et les symptômes liés directement au stress sont très nombreux. Certains appellent cela les maladies psychosomatiques (maux de ventre, d’insomnie autant que de migraines, de problèmes dermatologiques, etc.)

De plus, le stress provoque également des problèmes d’alimentation et d’abus de toutes sortes. En méditant régulièrement ou peut réduire, il est même possible de supprimer ses effets.

Vers l’éveil et la spiritualité

Dans tous les cas, la méditation, spirituelle ou pas, nous fait parvenir à un état d’esprit beaucoup plus libre. En plus de tous les bienfaits évoqués plus haut, elle participe à notre épanouissement, transforme notre comportement positivement et nous donne tous les outils nécessaires pour mieux gérer notre vie.

Sa pratique régulière nous rend plus présents, nous aide à vivre dans l’instant présent. Et finalement elle nous ouvre aux autres et nous relie à l’univers.

Si vous avez au fil de votre parcours de méditant, eu l’occasion comme moi, de pratiquer en groupe en étant réellement avec d’autres lors d’une réunion organisée ou grâce à internet en vous connectant, en même temps que des dizaines, des centaines, voir des milliers d’individus sur la terre, sur la fréquence d’amour dans un but collectif d’éveil et d’épanouissement, pour le bien être de tous et de la terre, vous ressentez alors la puissance de l’énergie positive dégagée.

Finalement, c’est la même énergie qui se dégage pour les pratiquants de toutes les religions quand ils s’unissent par la prière.

« En étant plus conscient de soi, on est plus concerné par les autres. La conscience de soi amène à la conscience de sa responsabilité individuelle (nous sommes responsables de la vie, ce bien si précieux). Cela conduit à la conscience de la responsabilité collective. » Christine du blog Votre Efficacité personnelle.

Pour terminer je voudrais citer un auteur, Frédéric Lenoir dont je suis en train de lire l’ouvrage : Petit traité de vie intérieure. Il y consacre justement un chapitre sur la méditation :

…. Faire silence intérieurement n’est pas l’apanage des prophètes ni des maîtres en spiritualité. Cette capacité nous est donnée à tous, elle est le fruit d’un apprentissage fort accessible à travers un exercice simple, universel, répandu dans presque toutes les cultures, même s’il peut prendre des noms différents : il s’agit de la méditation…..Comme tout exercice physique ou mental, la méditation demande à être pratiquée avec régularité afin d’être maîtrisée…..au fur et à mesure de l’entraînement, le pratiquant réussit à créer de plus en plus facilement un espace de silence intérieur et à approfondir cet espace….

Crédits photos : © Fotolia